AGIR pour la DiablePlan Directeur de L'eauObjectifs et démarchesDocument CompletAGIR pour la Diable
Portrait
Le territoire
Localisation et description généerale du bassin versant
L'histoire
Le milieu physique
le climat
Le profil socio-economique
Les Ressources Naturelles
Activites et Impacts
Annexes
Cartographie
Diagnostic
Plan d'action
volet4
Lexique
Annexes
Cartographie
 
Ville de Mont-Tremblant
Ville de Mont Tremblant
Tremblant
as
MRC
Forum de discussion
 
Quelques images
Localisation
Localisation
Localisation
 

1.1 Localisation et description générale du bassin versant


html
pdf

LES FAITS SAILLANTS

dot La rivière du Diable prend sa source dans le lac du Diable, situé dans le parc du Mont-Tremblant. Elle coule sur plus d’une centaine de kilomètres et draine un bassin versant de 1185 km2 ;

dot Le bassin versant de la rivière du Diable est en fait un sous-bassin de la rivière Rouge, lui-même sous-bassin du grand bassin hydrographique de la rivière des Outaouais ;

dot De l’amont vers l’aval, le parcours de la rivière peut être divisé en trois grands secteurs selon l’occupation du territoire soit : le Parc du Mont-Tremblant (en amont), une concentration d’activités urbaines, récréotouristiques et de villégiature au centre et un secteur agricole (en aval);

dot À cheval entre les régions administratives des Laurentides et de Lanaudière, le territoire du bassin versant de la Diable se partage entre trois municipalités régionales de comté ou MRC (Laurentides, Antoine-Labelle et Matawinie) et huit municipalités ;

dot L’occupation du sol du bassin versant de la Diable peut être décrite de la façon suivante : le couvert forestier représente 80% du territoire, les lacs et les cours d’eau en constituent 7%, alors que les différentes formes d’occupation humaine totalisent 13%.

 

1.1 Localisation et description générale du bassin versant

La rivière du Diable prend sa source dans le lac du Diable, au cœur du Parc national du Mont-Tremblant. Elle coule sur plus d’une centaine de kilomètres, traversant les municipalités de Lac-Supérieur et de Mont-Tremblant, avant de se jeter dans la rivière Rouge, en aval de Brébeuf. D’une superficie totale de 1 185 km2, le bassin versant de la rivière du Diable est en fait un sous-bassin de la rivière Rouge, dont la rivière du Diable est le principal affluent. Ces deux rivières s’insèrent à leur tour à l’intérieur du grand bassin hydrographique de la rivière des Outaouais, tel que présenté sur la carte 1.1 Localisation du bassin versant de la rivière du Diable.

Avec ses collines arrondies et plus de 260 étendues d’eau, le bassin versant de la rivière du Diable est fort représentatif du territoire laurentien. Plusieurs massifs élevés, dominés par le pic Johannsen, le plus haut sommet des Laurentides, marquent le passage entre le haut plateau situé à la tête du bassin versant et la plaine alluviale, qui prend naissance plus au sud. Plusieurs tributaires viennent alimenter la rivière du Diable, dont les rivières Bride, Archambault, Le Boulé et Cachée, ainsi que les ruisseaux Clair, de la Pisciculture et Noir (Le Français). Enclavé à la limite des domaines de l’érablière à bouleau jaune et de la forêt boréale, le bassin versant de la rivière du Diable abrite un important ravage de cerfs de Virginie, des meutes de loups, d’importantes héronnières ainsi que deux écosystèmes forestiers exceptionnels.

De l’amont vers l’aval, le parcours de la rivière du Diable peut être divisé en trois grands secteurs, selon les types d’occupation du territoire, soit : le Parc national du Mont-Tremblant (en amont), une concentration d’activités récréotouristiques, urbaines et de villégiature (au centre) et un secteur agricole (en aval). Des activités forestières y sont pratiquées à petite échelle, en terres publiques et privées.

Le découpage administratif

À cheval entre les régions administratives des Laurentides et de Lanaudière, le territoire du bassin versant de la rivière du Diable se partage entre trois municipalités régionales de comté ou MRC (Laurentides, Antoine-Labelle et Matawinie) et huit municipalités. L’importance relative de chacune de ces entités administratives, à l’intérieur du bassin versant, est présentée au tableau 1.1.1. Mentionnons que la MRC des Laurentides, couvrant la presque totalité du territoire habité du bassin versant, est celle qui, parmi les trois MRC concernées, exerce la plus grande influence sur l’aménagement et le développement de ce territoire. Le Parc national du Mont-Tremblant couvre, pour sa part, plus de 60 % du bassin versant, dans sa portion nord.

Le découpage administratif du bassin versant peut être visualisé à l’aide de la carte 1.2 Réseau hydrographique et découpage administratif du bassin versant de la rivière du Diable.

Tableau 1.1.1 : Découpage administratif du bassin versant de la rivière du Diable, en 2006.

Secteurs

Superficie  totale
(km2)

Superficie
dans le bassin
(km2)

Superficie
dans le bassin
(%)

% occupé sur l'ensemble
du bassin

Municipalité de
Lac-Supérieur

386

367

95

31

Ville de Mont-Tremblant

248

217

87

18

Municipalité de
Val-des-Lacs

131

108

81

9

Municipalité de
Lac-Tremblant-Nord

27

21

77

2

Municipalité de
Saint-Faustin-Lac-Carré

129

25

20

2

Municipalité de Labelle

205

37

18

3

Municipalité de
La Macaza

163

26

16

2,2

Municipalité de Brébeuf

38

5

14

1

Autres municipalités (1)

s.o.

13

s.o.

1,1

Territoires Non Organisés (TNO) (2)

s.o.

367

s.o.

31

Parc national du
Mont-Tremblant

1506

744

49

63

Secteur hors parc

s.o.

441

s.o.

37

MRC des Laurentides

2 465

759

31

64

MRC d'Antoine-Labelle

14 796

282

1,9

24

MRC de Matawinie

9 579

144

1,5

12

Région administrative de Lanaudière

12 313

144

1

12

Région administrative des Laurentides

20 560

1041

5

88

Sources : MRC des Laurentides, service de géomatique, 2006 et MAMR, 2006.
(1) La Conception, Saint-Donat et Sainte-Agathe-des-Monts
(2) TNO : Baie-des-Chaloupes, Lac-Legendre et Lac-des-dix-Milles

L’occupation du sol 

Vu dans son ensemble, le bassin versant de la rivière du Diable se caractérise par la prédominance de son couvert forestier, lequel y occupe plus de 80 % du territoire. La présence du Parc national du Mont-Tremblant explique en grande partie cette particularité. Les lacs et cours d’eau occupent 7 % du territoire, alors que les différentes formes d’occupation humaine totalisent 13 %. Les terres publiques, représentant 71 % de la superficie du bassin, correspondent au Parc national du Mont-Tremblant et à quelques lots alloués aux entreprises forestières. Enfin, les zones réservées à la préservation ou à la récréation extensive (i.e. le Parc national du Mont-Tremblant, le Domaine Saint-Bernard et le Centre d’accès à la nature de Val-des-Lacs) représentent 63 % de l’ensemble du bassin versant. La figure 1.1.1 illustre cette répartition du territoire.

Figure 1.1.1 Occupation du territoire pour l’ensemble du bassin versant

Occupation du territoire

Le portrait de l’occupation du sol s’avère cependant fort différent lorsqu’on exclut la portion du bassin versant correspondant au Parc national du Mont-Tremblant. Le territoire « hors-parc », d’une superficie de 441 km2 et majoritairement de tenure privée (78 %), offre un couvert forestier considérablement moins important (59 %). Les zones urbaines y occupent 7 % du territoire, alors que l’agriculture, la villégiature et les infrastructures récréotouristiques y représentent chacune 2 % du territoire. Seulement 1 % est réservé à la préservation et à la récréation extensive (Domaine Saint-Bernard et Centre d'accès à la nature de Val-des-Lacs).

Le tableau 1.1.2 offre plus de détails quant à l’importance relative des différentes formes d’occupation du sol à l’intérieur du bassin versant, alors que la carte 1.2 Occupation actuelle et projetée du territoire permet d’en visualiser la répartition pour la portion « hors-parc ».

Tableau 1.1.2. Occupation et tenure du sol dans le bassin versant de la rivière du Diable, en 2006

 Type d'occupation

Ensemble du bassin

Portion "hors-parc"

superficie
(km2)

 %

superficie
(km
2)

%

Bassin versant de la rivière du Diable

1185

100

441

100

Couvert forestier

958

81

261

59

Lacs et cours d'eau

85

7

31

7

Milieux humides et zones inondables (1)

59

5

22

5

Agricole

10

1

10

2

Urbaine

30

3

30

7

Infrastructures récréotouristiques (2)

92

8

8

2

Villégiature

7

1

7

2

Zones de préservation

175

15

0

0

Zones réservées à la récréation
extensive (3)

751

63

6

1

Tenure privée

345

29

345

78

Tenure publique                                          

840

71

96

22

Note: Les chiffres en italique représentent des estimations.
(3) Incluant les zones de préservation
Sources: MRC des Laurentides, service de la géomatique, 2006, FAPAQ (2000).

Références

FAPAQ. 2000. Plan directeur. Parc du Mont-Tremblant. Direction de la planification et du développement des parcs québécois. En ligne. 53 p. http://www.fapaq.gouv.qc.ca/fr/consultation/mont_tremblant/plandir_Tremblant.pdf

FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DU CANOT ET DU KAYAK. 1999. Guide des parcours canotables du Québec. Tome 2.Édition Broquet, 228 p. 

MAMR (MINISTÈRE DES AFFAIRES MUNICIPALES ET DES RÉGIONS). Sd. En ligne. <www.mamr.gouv.qc.ca>. Consulté en 2006.

 

© 2010 AGIR, tous droits réservés