AGIR pour la DiableAGIR pour la DiableAGIR pour la DiableAGIR pour la DiableAGIR pour la DiableAGIR pour la Diable
L'organisme
qui sommes-nousstructure
le conseil d'administration
le conseil de concertation
L'équipe
La Diable et son bassin versant
pde
Projets en cours
Communiqués et articles
Soutenir Agir pour la Diable
Pour nous rejoindre

Un palier décisionnel de plus ?

L’organisme de bassin versant est une structure légère qui bénéficie du pouvoir moral des consensus. Il repose sur une approche volontaire, complémentaire à l’approche réglementaire traditionnelle. Il ne représente pas une nouvelle autorité, ni ne se substitue aux gestionnaires et intervenants en place, mais cherche plutôt à créer un espace propice au rapprochement et à la concertation de ces derniers. La table est ainsi mise pour une plus grande cohérence dans les interventions, une meilleure prise en compte des intérêts de chacun, et l’émergence de nouveaux partenariats !

qui sommes-nous

L’Alliance pour une Gestion Intégrée et Responsable du bassin versant de la rivière du Diable (AGIR pour la Diable) a pour mission de promouvoir et encadrer la mise en œuvre d’une gestion durable et intégrée de l’eau à l’échelle du bassin versant de la rivière du Diable. Il s’agit d’un organisme de bassin versant (OBV) indépendant et incorporé, disposant du statut légal d’organisme à but non lucratif (OBNL). Sa structure organisationnelle et son mode de fonctionnement sont inspirés de l’expérience de plus d’une trentaine d’organismes de bassin versant au Québec.

Historique
La mise sur pied d’AGIR pour la Diable résulte du travail d’un comité provisoire ayant réunis, de septembre 2004 à avril 2005, plus d’une trentaine des principaux acteurs municipaux, économiques et communautaires de la région de Mont-Tremblant. Les consensus obtenus au sein de ce comité ont permis de définir les objectifs poursuivis par l’organisme et d’établir sa structure organisationnelle et son mode de fonctionnement. AGIR pour la Diable a officiellement été fondé le 22 juin 2005, lors de sa première assemblée générale, tenue au Centre des Congrès de Station Mont-Tremblant. Visualisez la liste des participants au comité provisoire.

Mandats
Les principaux mandats d’AGIR pour la Diable se résument en les trois champs d’actions suivants :

1- Rallier les acteurs municipaux, économiques et communautaires dans le développement et la mise en œuvre d’un plan directeur de l’eau (PDE) à l’échelle du bassin versant de la rivière du Diable ;

2- Contribuer au développement, à l’intégration et à la diffusion des connaissances sur le bassin versant et ses ressources en eau ;

3- Informer, sensibiliser et consulter la population sur la gestion de l’eau et ses enjeux.  


L'approche: la gestion par bassin versant


L’eau ne respecte pas les frontières administratives, légales ou foncières. Son cadre naturel est le bassin versant.

On entend par bassin versant, ou bassin hydrographique, l’ensemble d’un territoire qui alimente un même réseau hydrique, c'est-à-dire qui est drainé par un même cours d’eau et ses affluents. On compare souvent le bassin versant à un immense entonnoir à l’intérieur duquel toutes les eaux en circulation atteindront, à la fin de leur parcours, le même cours d’eau récepteur, servant d’exutoire. Ainsi, tous les lacs, les ruisseaux et les rivières possèdent leur propre bassin versant. Celui de la rivière du Diable couvre plus de 1200 km2 et inclut de nombreux sous bassins versants de lacs et de cours d’eau tributaires.

Les limites du bassin versant sont définies par la ligne de partage des eaux, qui relie les points les plus élevés du relief.

À l’intérieur du bassin versant, les composantes écologiques, sociales et économiques sont nécessairement reliées entre elles par les ressources en eau, qu’elles partagent. C’est ainsi que les activités humaines et les diverses formes d’occupation du territoire auront des répercussions sur le milieu hydrique qui s’additionneront de l’amont vers l’aval.

La santé des plans d’eau est par conséquent indissociable de la santé des bassins versants !

image

Source : Ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs du Québec

Voila pourquoi le bassin versant représente l’unité territoriale la plus naturelle et efficace pour la gestion de l’eau. Son utilisation facilite une approche plus globale, capable de considérer l’ensemble des phénomènes qui affectent la ressource, de reconnaître leur interdépendance, et d’évaluer leurs impacts cumulatifs. Elle permet ainsi de mieux préserver les écosystèmes, protéger les sources d’approvisionnement en eau potable, et concilier les différents usages de l’eau.

Pour plus d'informations, cliquez-ici

TEXTES ET SITES D'INTÉRETS

Regroupement des organisations de bassin versant du Québec (ROBVQ)

La gestion intégrée de l'eau par bassin versant: une voie d'expression du développement durable

 

accueilhaut

© 2011 AGIR, tous droits réservés