AGIR pour la DiableAGIR pour la DiableAGIR pour la DiableAGIR pour la DiableAGIR pour la DiableAGIR pour la Diable
L'organisme
La Diable et son bassin versant
Projets en cours
Communiqués et articles
Soutenir Agir pour la Diable
Pour nous rejoindre

 

Dossiers Informatifs

Imprimer ce dossier
 
Agir contre l'érosion
 
Suivi de la rivière du Diable et de ses affluents 
 
Suivis réalisés par AGIR pour la Diable

La carte ci-dessous vous présente les résultats de la station Réseau-Rivières et du programme d’échantillonnage de la qualité de l’eau d’AGIR pour la Diable :

Localisation pnmt 163 59m
 
Cliquez sur la station de votre choix pour obtenir le détail des résultats
Symbole
Note de l'IQBP
Qualité de l'eau correspondante
 
blue
80 à 100

eau de bonne qualité
(permet tous les usages, y compris la baignade)

vert
60 à 79

eau de qualité satisfaisante
(permet la plupart des usages)

jaune
40 à  59

eau de qualité douteuse
(certains usages sont compromis)

orange
20 à 39

eau de mauvaise qualité
(la plupart des usages sont compromis)

rouge
0 à 19

eau de très mauvaise qualité
(tous les usages sont compromis)

 

Qu’est ce que l’IQBP ?

L’indice de qualité physico-chimique et bactériologique (IQBP) est une méthode développée par le gouvernement du Québec afin de faciliter l’appréciation de la qualité générale de l’eau des rivières. Il tient compte des principaux paramètres physico-chimiques et bactériologiques et s’exprime sous la forme d’une note sur 100. L’IQBP permet de définir la qualité de l’eau selon les cinq classes citées dans le tableau ci-dessus.

Pour en connaître davantage sur les paramètres physico-chimiques étudiés, cliquez ici.

 
Portrait général de la qualité de l’eau de la rivière du Diable  en 2010
     
Suivi au Pont Prud'Homme  

Le suivi des résultats pour la première, située au pont Prud’homme (59M), est relativement satisfaisant pour la période couverte en 2010 en regard de l’IBHQ. La moyenne des indices pour l’ensemble les cinq mois couverts par l’échantillonnage se situe à 78 sur 100, résultat indiquant une qualité de l’eau généralement « satisfaisante ». Cela représente une légère baisse par rapport à l’année 2009 où la qualité de l’eau a été « bonne ». Les coliformes fécaux sont le principal facteur déclassant pour 2010, leur concentration ayant souvent dépassé le critère pour la baignade établi à 200 UFC/100ml. Elle est néanmoins restée inférieure à 1000 UFC/100ml, permettant les activités de contacts secondaires en tout temps durant l’été.

Cela peut notamment s’expliquer par l’épandage de fumier sur une base régulière pratiqué dans le secteur, attribuable aux activités agricoles. Les échantillons présentant les plus grandes valeurs de coliformes fécaux ayant été pris après une pluie abondante, l’eau de ruissellement a vraisemblablement entraîné une plus grande concentration de ces particules dans le cours d’eau. En période hors pluie, la qualité de l’eau à cette station est considérée « bonne ».

Les résultats pour la deuxième station (163), à l’embouchure du ruisseau Clair, sont nettement moins bons. Sur l’ensemble de la période couverte par l’échantillonnage, l’indice se situe à 59 sur 100, traduisant une qualité de l’eau considérée « douteuse ». Il en était de même pour l’année précédente. Il est cependant à noter que trois échantillons ont eu des résultats particulièrement mauvais (juillet et fin septembre) et ont drastiquement influencé le portrait global de la qualité de l’eau à cette station. Les matières en suspension sont le facteur déclassant pour deux d’entre eux, ce qui prend tout son sens lorsqu’on associe les résultats aux pluies abondantes ayant précédées ces échantillonnages. Cette station se trouve effectivement dans un secteur où l’imperméabilité des sols est élevée dû à l’urbanisation du secteur. En amont, le ruisseau Clair longe de plus le réseau routier (route 117). Lors de fortes pluies, le ruissellement important entraine donc avec lui les particules se trouvant sur le sol jusqu’au ruisseau. Les coliformes fécaux sont le facteur déclassant pour le troisième échantillon dont la qualité de l’eau s’est avérée « très mauvaise ». Comme leur concentration a largement dépassé le critère pour les activités de contacts secondaires (fixé à 1000UFC/100ml) seulement dans cet échantillon, tout porte à croire qu’une situation particulière ou qu’une source ponctuelle sont à l’origine de leur présence anormalement élevée. La cause exacte est malheureusement inconnue. Ces résultats démontrent ainsi la pertinence de revoir les modes de développement et la gestion des eaux pluviales.
 
En somme, la qualité de l’eau à l’exutoire de la rivière du Diable (station 59M) ainsi que dans un de ses tributaires en zone urbaine (station 163) est généralement bonne. Nous observons toutefois qu’elle diminue en temps de pluie, et ce de façon très marquée en zone urbaine. Les efforts devront ainsi être soutenus dans le temps afin d’innover en matière d’aménagement du territoire pour conserver la bonne santé de la rivière du Diable.

 

Programme de suivi du Parc du Mont-Tremblant
En 2010, un suivi mensuel de la qualité de l’eau a été effectué par le Parc national du Mont-Tremblant pour une station d’échantillonnage située sur la rivière du Diable, au niveau du Pont de la Vache noire. Les prélèvements effectués à 6 reprises sont effectués de la mi-mai à la mi-octobre. Cette initiative, issue d’un partenariat avec le MDDEFP, se réalise dans le cadre d'un programme de suivi de l'intégrité écologique du Parc national du Mont-Tremblant. Les paramètres étudiés sont : la chlorophylle a, la phéophytine, l’azote ammoniacal; les nitrates et nitrites, l'azote total dissous, le phosphore total trace, les matières en suspension, la température et les coliformes fécaux.

Pour l’année 2010, les résultats des six analyses de coliformes fécaux ne révèlent aucun dépassement des critères pour les activités de contacts secondaires et la baignade. Pour les analyses de phosphore total trace, sauf à une exception, les échantillons d’eau analysés ne dépassaient pas en terme de concentration le critère de protection de la vie aquatique.

 

accueilhaut

© 2013 AGIR, tous droits réservés