AGIR pour la DiableAGIR pour la DiableAGIR pour la DiableAGIR pour la DiableAGIR pour la DiableAGIR pour la Diable
L'organisme
La Diable et son bassin versant
Projets en cours
Communiqués et articles
Soutenir Agir pour la Diable
Pour nous rejoindre

 

Dossiers Informatifs

Imprimer ce dossier
 
Agir contre l'érosion
 
Suivi de la rivière du Diable et de ses affluents 
 
Suivis réalisés par AGIR pour la Diable

La carte ci-dessous vous présente les résultats de la station Réseau-Rivières et du programme d’échantillonnage de la qualité de l’eau d’AGIR pour la Diable :

2008 59m 159 162 159
 
Cliquez sur la station de votre choix pour obtenir le détail des résultats
Symbole
Note de l'IQBP
Qualité de l'eau correspondante
 
blue
80 à 100

eau de bonne qualité
(permet tous les usages, y compris la baignade)

vert
60 à 79

eau de qualité satisfaisante
(permet la plupart des usages)

jaune
40 à  59

eau de qualité douteuse
(certains usages sont compromis)

orange
20 à 39

eau de mauvaise qualité
(la plupart des usages sont compromis)

rouge
0 à 19

eau de très mauvaise qualité
(tous les usages sont compromis)

 

Qu’est ce que l’IQBP ?

L’indice de qualité physico-chimique et bactériologique (IQBP) est une méthode développée par le gouvernement du Québec afin de faciliter l’appréciation de la qualité générale de l’eau des rivières. Il tient compte des principaux paramètres physico-chimiques et bactériologiques et s’exprime sous la forme d’une note sur 100. L’IQBP permet de définir la qualité de l’eau selon les cinq classes citées dans le tableau ci-dessus.

Pour en connaître davantage sur les paramètres physico-chimiques étudiés, cliquez ici.

 
Portrait général de la qualité de l’eau de la rivière du Diable 
     
Suivi au Pont Prud'Homme  

En 2008, quatre stations ont été échantillonnées : trois sur la rivière du Diable et une sur la rivière Cachée, un de ses tributaire. Deux indices étaient alors disponibles pour analyser la qualité de l’eau : l’IQBP6 et l’IQBP7. Le chiffre suivant chacun de ces indices indique le nombre de paramètres considérés dans l’analyse. Avec l’IQBP7, la turbidité est presque toujours identifiée comme le facteur déclassant, ce qui peut biaiser les résultats et influencer à la baisse la qualité de l’eau. Avec l’IQBP6, ce paramètre est écarté, fournissant donc plus de précision sur les autres paramètres mesurés. En utilisant ce dernier indice, la qualité de l’eau aux quatre stations échantillonnées était considérée « bonne » pour l’année 2008, avec une valeur de 86,6%. Avec l’IQBP7, la qualité de l’eau obtenait un résultat de 75,6%, indiquant que l’eau était de qualité « satisfaisante ».

Le suivi au pont Prud’homme démontre une amélioration de la qualité générale de l’eau de la rivière depuis la réfection en 2004 de la station d’épuration de Saint-Jovite. Les facteurs déclassant principaux y sont les matières en suspension ainsi que les coliformes fécaux. Le critère pour la baignade n’a été dépassé qu’une fois dans l’été, représentant de meilleurs résultats par rapport à 2007. Les coliformes fécaux représentent aussi le facteur déclassant pour les stations 160, pour sa part située en milieu urbain, en amont de la station d’épuration, et 159, à la sortie du Parc du Mont-Tremblant. Le critère de baignage (200 UL/100 ml) n’a jamais été atteint pour ces deux stations.
 
En somme, la rivière du Diable a été au cours de l’été 2008 en très bonne santé. La poursuite du suivi de la qualité de l’eau et des actions visant de meilleures pratiques liées à la gestion de cette ressource seront poursuivies dans les prochaines années pour s’assurer du maintien de cet état».
 

 

accueilhaut

© 2013 AGIR, tous droits réservés